LES Y’A QU’À FAUT QU’ON DES CIRCUITS COURTS


Lorsqu’on évoque les difficultés des éleveurs à vendre leurs bêtes à viande, un cri s’élève de toute part – en tout cas du côté de ceux qui connaissent peu, mal, ou pas du tout l’élevage : « Ils n’ont qu’à vendre leurs bêtes en circuit court », et en général, les crieurs entendent par là « en vente directe ». Je suis au regret de vous le dire brutalement : c’est une grosse bêtise. Mais il ne suffit pas de le dire, il faut aussi l’expliquer.

Tout d’abord, les lieux d’élevage ne sont pas, vous l’aurez remarqué, au cœur des villes, contrairement à l’immense majorité des consommateurs. Un habitant du cœur de Paris ne va pas se rendre en Normandie ou en Bourgogne pour acheter un colis de viande. Et c’est pire encore pour un habitant de Marseille : pour des raisons climatiques évidentes, la Provence n’est pas une région qui produit de la viande de bœuf. Il faut donc qu’il existe des réseaux de distribution dans les villes et dans les régions non productrices. Si tous les éleveurs passaient à la vente directe, ou même aux circuits courts dans le sens le plus large, nombre de zones ne seraient plus du tout approvisionnées.

Ensuite, nombre d’éleveurs sont déjà passés à ces types de distribution. Et pour quelques-uns, qui seront de plus en plus nombreux, c’est l’échec assuré. En effet, puisque les élevages sont sur des zones où le nombre de consommateurs reste limité, le marché du circuit court commence à être saturé. Ceux qui se sont lancés depuis longtemps ont eu le temps de développer leur réseau d’acheteurs, ceux qui arrivent maintenant peinent à le faire, ou n’y arrivent qu’en asséchant un réseau déjà existant. Quand il y a trop d’offres dans des zones où la demande est restreinte, ça ne peut pas fonctionner.

Un autre souci est bien connu par beaucoup d’artisans, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année : si les réseaux sociaux pullulent de gens qui appellent à acheter leurs cadeaux chez des artisans, la réalité, c’est que l’immense majorité des consommateurs achètent des bricoles en plastique produites au bout du monde tandis que les artisans peinent souvent à écouler leur production. Il en va de même pour les producteurs de viande : le décalage entre le discours et la réalité est énorme, et parmi ceux qui les incitent à passer à la vente directe, rares sont les clients qui prendront réellement la peine de se rendre dans une ferme quand il est si simple d’acheter de la viande en barquette au supermarché.

Enfin, pour la plupart des éleveurs, passer à la vente directe est absolument impossible pour deux raisons majeures. Tout d’abord, ils n’ont pas le temps. Quand on travaille déjà douze heures par jour trois cents soixante-cinq jours par an, où voulez vous trouver le temps de développer un nouvel atelier ? Parce que la vente directe, ça prend du temps : il faut tenir une boutique, réaliser et faire circuler la publicité susceptible de faire venir des clients, il faut éventuellement se former pour ce nouveau métier, et il n’y a pas de place dans leur emploi du temps pour ça. Ensuite, la réalité économique ne laisse pas forcément de possibilité pour ça non plus. Il faut aménager une boutique, payer l’abattoir, payer un boucher … On ne peut pas juste poser des tréteaux dans la cour de la ferme. Il faut une chambre froide, des vitrines réfrigérées, du matériel pour emballer … Rien de tout cela n’est gratuit, or les taux d’endettement des éleveurs sont souvent élevés. Où trouveraient-ils l’argent pour ces nouveaux investissements à risque ?

Il existe d’autres raisons encore qui rende difficile la vente directe, elles seront traitées dans un autre article.

Bien sûr, si on a près de chez soi un éleveur qui pratique la vente directe, il serait fort dommage de ne pas le soutenir en se fournissant directement chez lui. Mais penser que toute la production peut s’écouler de la sorte est au mieux naïf. Dans tous les cas, les circuits courts ne sont pas et ne seront jamais la solution à tous les problèmes rencontrés par les éleveurs, qu’on parle des prix honteux auxquels des grossistes achètent leurs bêtes – quand ils les achètent – ou des marges abusives des distributeurs. La vente directe est une micro-solution à des problèmes énormes, il est fort dommage qu’un microcosme pense qu’il puisse s’agir d’une panacée.

Précédent

PLAIDOYER POUR UN VERRE DE LAIT

Suivant

DE BELLES POULES DANS UN BEL ÉLEVAGE

  1. Bouvier

    Moi qui ait un nom si évocateur, Bouvier, je vous remercie pour cet article. Cependant, la restauration collective, qui peut solliciter les éleveurs locaux et créer des débouchés, n’est pas a négliger. Circuit court ne devrait pas non plus vouloir dire sans aucun intermédiaire. Mais les bouchers et les supermarchés devraient avoir tout intérêt a se fournir de préférence localement. Idem pour les restaurateurs. Quand je vois “origine UE” dans une brasserie en Gironde, ça m’énerve. Mais je mange quand même….

    • Tagrawla Ineqqiqi

      Je pense qu’à un problème complexe, il y a une multitude de solutions à apporter. Effectivement, la restauration collective en est une, les circuits courts ne sont pas non plus à négliger, ils ont tout à fait leur place. Le propos était juste d’expliquer que ça ne peut pas suffire.

    • Hercule Bouc

      Bonjour, la restauration collective soumises à des normes drastiques, impose à ses fournisseurs des normes qui les ont tout autant. Notamment des agrément européens dont le dossier est…. Meumeu!

  2. Kermitte

    Les consommateurs et agriculteurs sont des alliés objectifs face aux grandes surfaces, aux industriels et à leur intermédiaires qui engrangent beaucoup de bénéfices.
    Je fais partie d’ amap depuis bien 10 ans et les achats groupés réguliers de colis à des agriculteurs est fréquent. Et pour un agriculteur qui a un petit nombre de bêtes (13 dans l’article), et des pratiques fermières ou bio (avec ou sans labels), les circuits courts peuvent être une bonne alternative. Il peut “suffire” de contacter des amaps, des restaurateurs locaux (hauts de gamme,ok) pour livrer des colis sous vide. Les investissements seront un camion frigorifique, peut-être une chambre froide.. et du temps. je ne dit pas que ce n’est rien, mais si on ne cherche pas des alternatives ….
    Certains fonctionnent comme ça, mais il est bien évident que pour une ferme de grande taille, c’est surement pas possible.
    Comme vous le dites plus haut c’est une solution parmi d’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén