UN CHINOIS À LA TÊTE DE LA FAO

C’est le vice-ministre de l’agriculture chinois, Qu Dongyu, qui a été élu par l’assemblée des 191 pays membres à la tête de la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

La Chine est un pays dont l’agriculture et l’élevage ne cessent de créer d’innombrables problèmes sanitaires. Après l’énorme scandale de 2008 sur la poudre de lait toxique contaminée à la mélamine, qui a rendu malades 300 000 nourrissons et fait au moins neuf morts, ils ont fini par préférer importer de la poudre de lait française (avec les conséquences économiques qu’on sait). On ne compte plus les problèmes sanitaires graves dans leurs élevages de cochons. Leurs élevages de vaches, qui font de 10 000 à 100 000 têtes (non, il n’y a pas d’erreur dans le nombre de zéros), ont irrémédiablement pollué des surfaces de culture et des nappes phréatiques. Toutes les transmissions de grippe aviaire à l’humain de 2014 à aujourd’hui se sont produites en Chine – on en compte des dizaines sur le site de l’OMS.

Et pour arranger les choses, le nouvel arrivant à la FAO promet de travailler main dans la main avec Bayer. Tout ça dans un contexte où la Chine, peinant à produire assez pour elle-même, achète plus ou moins proprement des terres agricoles dans le monde entier, y compris chez nous.

Selon l’agence de presse Agi, les efforts diplomatiques de la Chine pour remporter ce rôle étaient importants. Pékin aurait mis beaucoup de pression ces derniers mois pour convaincre le Cameroun de retirer le candidat Medi Moungui, qui avait pourtant le soutien des 54 pays africains. Pékin aurait poussé Yaoundé à prendre cette décision après avoir accordé une importante remise de dette au Cameroun en janvier (environ 78 millions de dollars). Des pressions intenses auraient également été exercées contre les pays d’Amérique du Sud et d’Afrique pour obtenir leur soutien. Pressions sous la forme de “menaces” d’interdire les exportations agricoles vers la Chine.

Dans un tel contexte, un vice-ministre de l’agriculture chinois à la tête de la FAO devrait au minimum effrayer tout le monde. Mais non. Un article ici et là, et c’est tout. Pire, en France, où l’agriculture est une des moins crades du monde, n’en déplaise à nombre de mes compatriotes, on se focalise sur une vingtaine de vaches à hublot plutôt que de regarder en face ce qu’on va se prendre dans la figure avec cette élection.

Pour rappel, parmi les rôles de la FAO, il y a :

  • harmoniser les normes dans les domaines de la nutrition, l’agriculture, les forêts et la pêche ;
  • conseiller les gouvernements ;
  • développer le Codex alimentarius, système de normalisation internationale en matière alimentaire.

Presque rien : juste un poids énorme sur ce que nous mangerons demain.

Précédent

VU DANS LA PRESSE – 2

Suivant

VU DANS LA PRESSE – 3

  1. I am genuinely delighted to read this web site posts which contains
    lots of valuable facts, thanks for providing such information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén