POURQUOI SÉPARE-T-ON LES VEAUX DE LEUR MÈRE ?

 

« Pourquoi sépare-t-on les veaux de leur mère ? », telle est la question qu’on nous pose le plus souvent concernant les élevages laitiers. Enfin… En réalité, on nous assène plutôt des affirmations anthropomorphiques concernant la séparation des veaux de leur mère, mais il y a aussi des gens pleins de bonne foi qui ne demandent qu’à comprendre, nous allons donc le leur expliquer ici.

Il faut avant tout faire la part des choses : tous les veaux ne sont pas séparés de leur mère à la naissance. Cet acte concerne essentiellement les veaux de races laitières, les veaux de races dites allaitantes, c’est-à-dire à viande, restent un certain temps – variable selon les élevages – sous la mère. Il en va autrement dans les élevages laitiers. Là, en effet, on retire les veaux relativement vite, mais le délai exact diffère d’un élevage à un autre, selon tout un tas de critères qui vont des conditions de vêlage aux infrastructures en passant par la sensibilité particulière de l’éleveur. Certains le feront dans l’heure, d’autres dans la journée. Dans tous les cas, on laisse toujours le temps à la vache de lécher son veau. Comme tous les mammifères, le petit veau tout juste sorti du ventre de sa mère est tout mouillé et même très gluant, si bien que, très vite, la vache le lèche pour le sécher, et c’est très important pour qu’il n’attrape pas froid. Certaines vaches, pourtant, ont si peu d’instinct maternel qu’elles ne le font pas, et quand ça arrive, c’est l’éleveur qui doit le sécher : il frotte alors le veau avec de la paille. D’autres saupoudrent du son de blé sur le veau pour inciter la vache à le lécher. Ça ne fonctionne pas à tous les coups, alors il faut en revenir au bouchon de paille. En fait, contrairement aux vaches allaitantes, les vaches laitières ont un instinct maternel généralement peu développé pour une raison fort simple : la sélection génétique.

Voilà dix mille ans que nous élevons des vaches. Pendant dix mille ans, nous avons procédé à une sélection des individus afin d’effectuer des croisements qui avantagent ce qui nous intéresse le plus. Pour les vaches à viande, nous avons privilégié le développement musculaire afin d’obtenir plus de steaks, pour les vaches à lait, nous avons choisi les plus belles mamelles afin d’obtenir plus de lait. Ainsi, de nos jours, les allaitantes – Limousines ou Charolaises, par exemple – produisent juste ce qu’il faut de lait pour leurs veaux alors que les laitières – Normandes ou Prim’Holstein – peuvent produire trente litres de lait par jour alors qu’un veau d’une semaine n’a besoin que de quatre à cinq litres pour se nourrir. En effectuant une sélection génétique, nous avons aussi privilégié certains comportements, exactement comme nous l’avons fait par ailleurs avec les chiens. Le Border Collie est un excellent chien de troupeau parce qu’au fil des siècles nous avons favorisé la reproduction des individus qui montraient les meilleurs dispositions pour l’aide au déplacement des troupeaux. La Prim’Holstein n’a pas un instinct maternel très développé car nous avons privilégié les individus qui n’essayaient pas de nous encorner quand on s’approchait de leurs petits.

Grâce à ces dix mille ans de sélection, nous pouvons aujourd’hui retirer un veau à sa mère sans nous faire encorner, et même sans qu’elle hurle pendant des jours. Il arrive qu’une vache appelle son veau. La plupart du temps, ça ne dure que quelques heures. Il arrive aussi qu’un veau appelle sa mère. Ça s’arrête toujours au moment où on lui apporte un seau ou un biberon de lait. Et en général, une fois qu’il a mangé, comme tous les bébés, il dort. Vous avez sans doute vu de ces vidéos où des vaches poussent des hurlements : dans l’immense majorité des cas, et n’importe quel éleveur pourra vous le confirmer, il s’agit de vaches en chaleur : elles n’appellent pas leur veau mais le taureau.

« Pourquoi ne laisse-t-on pas les veaux téter ? », me demanderez-vous. C’est une excellente question à laquelle il y a plusieurs réponses qui s’ajoutent. J’ai déjà partiellement répondu à cela plus haut : d’abord parce que le but d’un élevage laitier est de produire du lait, qu’il faut donc traire les vaches et qu’il est techniquement impossible de faire entrer une vache avec son veau dans une salle de traite. Quant à les séparer avant, à supposer que ça soit réalisable, ça prendrait un temps fou pour un bénéfice nul. Ensuite, parce que la vache va produire quoi qu’il arrive beaucoup plus de lait que le veau n’en boira, et si on ne la trait pas, ses mamelles pleines vont finir par lui faire très mal. Il y a encore d’autres raisons plus techniques.

Deux à trois mois avant de vêler, une vache laitière est tarie afin que toutes ses ressources soient consacrées au veau. Elle est en quelque sorte mise en congé maternité. La phase de tarissement permet également de préparer et de reposer la mamelle pour le prochain cycle de lactation. C’est une période délicate, car c’est lors du tarissement qu’une vache présente le plus de risque de développer une infection de la mamelle : une mammite. On peut procéder de différentes manières pour l’éviter. La plus courante consiste en une injection intra-mammaire préventive d’antibiotique. Non, ça ne fait pas mal à la vache. On utilise aussi souvent un obturateur de trayons pour empêcher les bactéries d’y entrer. Pour le dire plus clairement, on met un bouchon de kératine dans les trayons, et on l’ôte avant la première traite. Et ça non plus, ça n’a rien de douloureux pour la vache.

Le troupeau des taries est séparé des autres vaches. Certains éleveurs les gardent en bâtiment, d’autres leur réservent une pâture rien que pour elles. Quand une vache vêle, s’il y a un bouchon, le veau ne peut pas téter. Mais il peut y avoir bien plus grave. Si la mère appartient à l’ample catégorie des vaches peu maternelles, le veau risque d’aller en téter une autre, qui n’a pas de lait, mais qui a des antibiotiques dans la mamelle. Et un veau qui n’a pas encore eu de colostrum – donc ce dont il a besoin pour développer son système immunitaire – qui avale des antibiotiques est condamné : les antibiotiques risquent de lui détruire l’intestin, il aura la diarrhée, et la diarrhée est la première cause de mortalité chez les veaux.

Enfin, il y a encore deux raisons de séparer le veau de sa mère. La première, c’est que ça permet de désinfecter le cordon ombilical, la seconde, c’est que ça évite – car ça arrive relativement régulièrement – que la vache ne tête le cordon ombilical … et vide le veau de son sang. Oui, je sais, c’est dégoûtant, mais ça arrive.

Comme vous le voyez, si on sépare le veau de la vache, ça n’est pas parce que les élevages laitiers sont peuplés d’humains sadiques. Ça n’est pas non plus comparable au fait d’arracher un nourrisson humain des bras de sa mère, l’humain n’étant pas issu de dix mille ans de sélection génétique. En outre, il faut très peu de temps à un veau pour s’habituer à sa mère de substitution : l’éleveur, l’éleveuse ou le salarié qui a la responsabilité des soins à apporter aux veaux. D’autant que la majorité des humains réagit systématiquement de la même façon devant n’importe quel bébé de n’importe quelle espèce : on le trouve mignon, on veut lui faire des câlins – et on ne s’en prive pas – et notre propre instinct de protection s’exprime pleinement. Et le spectacle des éleveurs costauds et aguerris tout attendris devant les veaux est toujours particulièrement croquignolesque, mais ne le répétez pas trop : la plupart d’entre-eux essaie de faire croire qu’ils sont des durs et n’admettront pas en public qu’ils passent des plombes à leur faire des gouzi-gouzis.

Précédent

L’ESTAFETTE DU CHARCUTIER

Suivant

L’ÉTRANGE CAS D’IRIS LA BLANCHE

  1. Dorizy Jacques

    Merci Tagrawla pour tes explications !

  2. Baron des Vaches Bleues

    ALERTE à vous, amis et camarades éleveurs.

    Un vegan français, l’Effet Chimpanzé, vient de sortir une vidéo pour dénoncer l’élevage laitier en France. Il prétend avoir mené une grande et très longue enquête sur la filière du lait et déclare qu’il ne peut plus permettre aux éleveurs de mentir aux gens pour prôner, bien entendu, la fin de l’élevage. ET en plus, en commentaire, il prétend connaître des vegans anciens éleveurs qui lui ont dit que ce métier est horrible. Je vous mets le lien non pas pour vous attaquer, au contraire, je vous soutiens complètement dans le combat et contre l’élevage industriel et contre les vegans les plus intransigeants. En fait, j’aimerai bien que vous m’aidiez à trouver quoi à dire à ce gendre de propos.

    https://www.youtube.com/watch?v=mHAeHlVBaFY&list=PLb6mwZnxW2C4AKb78RNWlKgY92DpbjA5F

    Bonne continuation, amis et camarades éleveurs.

  3. Tom

    Je suis pas vegan mais meme les paléo se mefient du lait qu on consommait pas il y a 5 000 ans, sans osteoporose pourtant.

    • Tagrawla Ineqqiqi

      Je ne suis pas nutritionniste, je ne m’exprimerai donc pas sur un sujet dont je n’ai pas la maîtrise.

  4. IsaH

    Bonsoir,
    je viens de lire votre article avec beaucoup d’intérêt mais la réalité est pour nous très différente. En effet, nous avons la malchance d’habiter le nord-Finistère (agriculture et élevage intensifs+++), en rase campagne, entourée de 3 grosses fermes laitières (Prim’Holstein) dont une, sous nos fenêtres.
    Cela va faire 10 ans que nous voyons comment cela se passe (et nous nous en passerions bien, croyez-moi !) : le veau, sitôt sorti du ventre de sa mère (dans les minutes qui suivent), est traîné par les pattes arrière hors de l’étable et mis dans une niche à veaux, dans laquelle il n’a même pas la place de se retourner.
    Je peux vous dire trois choses :
    1) la mère n’a jamais le temps de lécher son veau et celui-ci n’est pas toujours bouchonné.
    2)L’éleveur ne va jamais voir le veau dans la journée si ce n’est pour le nourrir et les veaux passent beaucoup de temps à meugler (quand on sait que les bovins ont un instinct grégaire très développé…). Il y a énormément de décès.
    3) La vache appelle son veau pendant plusieurs jours ; et pour quelqu’un d’habitué, cela n’a rien à voir avec les cris d’une vache en chaleur… (En revanche, bonjour les nuisances !).

    Les deux autres fermes situées à moins de 500 m de notre habitation procèdent exactement de la même manière, et sans vouloir généraliser de façon abusive, c’est la technique employée dans la région où nous vivons actuellement. Ce que je vous raconte est notre quotidien, d’où mon étonnement face à votre article. On peut vouloir soulager sa conscience en faisant table rase des considérations anthopomorphiques mais alors, dans ce cas précis, où est la bientraitance animale ? Et non, malgré de nombreuses sélections, la Prim’Holstein n’est pas un montre dénué d’instinct maternel !
    Je reste dubitative…

    • Tagrawla Ineqqiqi

      C’est toute la différence entre les élevages familiaux, de taille raisonnable et les élevages industrialisés. Les premiers tendent à disparaître dans l’indifférence générale, les seconds les absorbent. Si nous ne défendons pas les élevages familiaux où chaque bête a un nom, une histoire et une attention particulière, il ne restera plus que ce que vous décrivez.

      • Baron des Vaches Bleues

        Madame Ineqqiqi

        C’est sûre que ce que décrit IsaH est une très mauvaise chose et il faut lutter contre. Où me conseillez-vous d’acheter des produits d’origines animaux (laits, oeufs, viandes et poissons) pour être sûre d’acheter des produits de qualité issus d’un élevage raisonnable et raisonnée ?

        Au fait, est-ce que vous pourriez m’envoyer un mail quand le site du mouvement Réinformation, Agriculture, Santé et Environnement sera enfin en ligne s’il vous plaît ? J’avoue être très intéressé par votre initiative

  5. Baron des Vaches Bleues

    Excusez-moi Camarade Eleveurs

    J’ai une question à vous poser, le site d’Anti-Vegan.com et le site devenir-vegan.info viennent d’être suspendus. Vous savez ce qu’il s’est passé ?

    • Tagrawla Ineqqiqi

      Bonjour,
      Nous n’avons pas de liens avec ces sites, nous ne saurions vous répondre.

  6. anne

    Toujours aussi excellent, un vrai bonheur de nous lire ! surtout ne lâchez rien continuez ! merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén